Vous êtes ici : Accueil Découvertes Zoom sur, 2ème partie LE BILLARD CARAMBOLE EN TÊTE

Découvertes

LE BILLARD CARAMBOLE EN TÊTE

Wimille : LE BILLARD CARAMBOLE EN TÊTE

C’est en 1997 que débute l’histoire du Billard club de Wimille. À l’époque, l’association n’existe pas. Les locaux du premier étage du centre communal Franck Lefebvre sont occupés par une radio locale RBM. Cette dernière quitte Wimille pour s’installer à Boulogne-sur-Mer laissant là des locaux vacants.

Le Maire de l’époque, Monsieur Colombel et son premier adjoint Monsieur Logié s’interrogent alors de l’utilisation de cette salle vide à deux pas du quartier des Chacun chez soi et du parc HLM du Bon Secours. Quelques propositions sont alors faites mais elles sont toutes orientées loisirs gratuits. Les élus souhaitent faire de ce lieu, un lieu de loisirs certes, mais qui apporte réflexion et convivialité.

“Nous voulions que les gens du quartier aient accès à un sport/loisirs qui puissent les extraire de leurs habitudes et leur ouvrir de nouveaux horizons” explique Monsieur Colombel. D’ailleurs, c’est lui, amateur de billard français qui trouve là la réponse adéquate tandis qu’un bon nombre de wimillois avait sollicité la municipalité pour la création d’une salle de billard.Le billard carambole est un loisir qui apporte plaisir tout en basant le jeu sur la concentration, la stratégie, la décision… et la convivialité. Deux tables de billard seront installées à l’étage du Centre communal. Un joueur de bon niveau habitant le quartier se propose d’encadrer les heures d’ouverture afin de canaliser l’utilisation des tables : Louis Montador.

L’année 2000 marque le premier tournant. L’utilisation d’une salle communale impose la création d’une association qui deviendra le billard club de Wimille. Dès lors l’aventure débute avec pignon sur rue. Rapidement, le club passe de vingt six adhérents à quarante quatre. La demande d’affiliation est faite auprès de la fédération nationale de billard qui l’accepte. Les tables sont déménagées au rez-de-chaussée. Dès lors, les compétitions pourront s’enchaîner au CCFL sous le regard amusé du président du club depuis 17 ans : Louis Montador. Un troisième billard viendra agrandir le club en 2008. Si certains avaient pu exprimer leur réticence à faire d’un lieu populaire ouvert à tous, un lieu de pratique du billard carambole, l’histoire ne leur donna pas raison. Le club se porte bien en 2014 et le palmarès affiché en ferait pâlir d’envie plus d’un. Les filles et les garçons se sont en effet rapidement saisis des bâtons de billard pour emmener rapidement le club au niveau régional et national. De nombreux champions passent par le club de Wimille. On n’en dénombrera pas moins de soixante-dix de tous âges, filles et garçons confondus individuel ou par équipe. On citera au passage Virginie Ledemazel, Jessy Montador, Vincent Ducrocq, mais également Ludovic Montador, Stéphane Corteyn, Reynald Vigneron… des noms qui comptent et qui s’imposent dans le paysage du billard français.

Des nerfs d'acier pour gagner

Le billard carambole demande des nerfs d’acier, une analyse rapide de la situation et une prise de décision précise. À la différence du billard américain , Il se joue à 3 billes. C’est avant tout un jeu d’adresse qui se pratique en général à un ou deux joueurs. Chaque joueur se voit attribuer une bille. En la poussant avec sa queue, il doit parvenir à la faire entrer en contact avec les deux autres. C’est là, que le jeu se complique. Utiliser les bords de la table, calculer la trajectoire de la première bille afin d’engager celles des deux autres… Chaque fois que cette condition est remplie, le joueur marque un point et peut continuer à jouer. Quand il échoue, son adversaire prend la main. Lorsque l’on tente une première partie, l’envie de poursuivre se fait naturellement.
On se prête au jeu rapidement. L’envie de progresser est obsessionnelle… Ce billard français est magique !