Vous êtes ici : Accueil Découvertes Visites A bord du Klondyke

Découvertes

A bord du Klondyke

Le 29 avril 2016

C'est à l'occasion de la visite des élèves de la SEGPA du Collège de Wimille Wimereux que ce reportage a été réalisé.

Le Klondyke est un chalutier pélagique transformé en congélateur. Ce bateau long de  54.55 m a été construit en 1988. Le Klondyke de l'armement Nord pecheries à Boulogne sur Mer pêche principalement le lieu noir en Mer du Nord. Le poisson est transformé directement à bord en filet puis surgelé en plaque de 7kg.Le chalutier part pour des campagnes de 45/50 jours voire 70 jours ! impressionnant.

Pour sensibiliser leurs élèves au monde du travail, les enseignants n’hésitent pas à se déplacer dans les entreprises. Juste avant les vacances d’avril 2016 , ils ont été accueillis du côté de Capécure chez PACKOPALE et NORFRIGO. La visite du chalutier de Boulogne sur Mer, le Klondyke est un moment passionnant à plus d’un titre. Tout d’abord, le patron du bateau, M. Leduc est un passionné et fin orateur. Il a pris en main le groupe de jeunes pour une visite du pont jusqu’à la soute en passant par le poste de pilotage. Deuxièmement, la découverte de cette industrie de la mer, respectueuse des ressources naturelles représente une occasion unique de se rendre compte de ce grand et beau secteur d’activités. Troisièmement, la pêche en mer du Nord est l’une des plus rudes du monde. Les conditions météo sont dures pour les hommes et les bateaux. Elles engagent tout le monde à bord comme sur terre. Enfin, le Klondyke est l’un des derniers bateaux de cette envergure disposant d’une usine frigorifique à bord. Le “pichon” à peine pêché est transformé en pains de poisson surgelés.

En Mer du nord…

À bord, la visite donne le ton. Les espaces ne sont pas grands. Le pont avec son caractère rouillé est plutôt engageant sous le ciel bleu. La grosseur des chaluts et des chaînes emporte l'imagination dans ces campagnes de pêche. Le patron a-t-il bien choisi la zone ? Le poisson sera-t-il là ? Le mer si elle peut être engageante vue du port, peut également se révéler dangereuse. Le métier l'est à plus d'un titre. Ici on pêche sous des températures loin d'être clémentes. La houle se creuse rapidement. La bateau gite… il faut garder le cap. La soute transformée en immense usine de transformation du poisson doit tournée à plein régime. Si le vent secoue fort dehors,  il faut continuer. Régler les machines dans ces conditions représente à chauq efois un callenge. il faut être précis. Plus le poisson est bien découpé, moins il ya de perte. Du coup, la matière première revendue lors du débarquement sera plus conséquente.

La machine est réglée par un expert : le baderiste, du nom de la machine qui sert à découper avec précision le poisson. Tous les regards le suivent. Plus la pêche sera bonne, mieux les marins seront payés.

En attendant à quai, c'est un tout autre travail qui se réalise. Les mécanos interviennent à tous les niveaux afin de s'assurer que le bateau partira en bon état. Les camions citerne font des rotations afin de remplir le réservoir. Eh oui, celui-ci n'est pas du même gabarit qu'une voiture… il faut en effet plus de 10 camions citerne pour faire le plein !

Enfin bref, ces journées “découvertes” organisées par la Segpa sous la houlette de son directeur M. Delayen entouré de ses enseignants, sont des vrais moments instructifs pour les élèves de la Segpa. À chaque visite de chantier ou d’entreprise, la rédaction revient à terre avec le plein de photos. Chemin faisant, c’est donc une nouvelle rubrique qui vient enrichir le site internet de la commune. Intitulé tout simplement “Visites” elle est l’occasion d’un mini-documentaire tout en images sur les coulisses de ces belles entreprises du Boulonnais.

Boulogne sur Mer est le premier port de pêche de France aussi bien en valeur qu'en quantité des apports sous criée (plus de 50000 tonnes/an). Il est un des derniers à posséder une flotte de pêche industrielle importante. Cette flotte se partage entre deux armements, Le Garrec et Nord Pêcheries. En 2005, ces deux armements ont fusionné et pris le nom d'Euronor, notamment pour faire face aux quotas et à la hausse des carburants. Il est peu fréquent de voir tous ces navires rassemblés ensemble à Boulogne, car s'ils débarquent dans ce port, ils déchargent aussi dans des bases avancées en Ecosse afin de ne pas s'éloigner des lieux de pêche.

CLIQUEZ SUR NOTRE GALERIE PHOTO A DROITE DE CET ARTICLE >>

Le saviez vous ? fin des années 50 ANDRE LEDUC a acheté trois ou quatre classiques(des 42m) Ils ont mis des chaluts pélagiques dessus et ils ont cartonné. C'était la première fois qu ' on utilisait ce genre de matériel. Ces bateaux devaient s ' appeler le CORAIL LE STORMY LE BRESSAY Ensuite il ontacheté le VIKINGS BANCK commande par LEON GALLON qui fut plusieurs fois ruban bleu après ça du être les premiers pêches arrières le KLONDICK et le SYDERRO ensuite ça du être la série des polonais DOGGER OTTER LOUIS EVERAERT.